Archives par mot-clé : Amis réunis

Le fil de l’eau de novembre 2017 – polyphonies corses à St Just St Rambert

2017_11 Fil de l'eau polyphonies corses

C ‘est paru dans l’édition de novembre 2017 du Fil de l’eau, journal municipal de Saint Just Saint Rambert.

Les deux chorales initiées par Louis Grolet, celle des Amis réunis et celle de Saint Just Saint Rambert, vont donc se retrouver une nouvelle fois dans le cadre de ces stages de polyphonies corses animés par Jean-François Luciani et Stéphane Mangiantini du groupe I Muvrini.

Tout cela en attendant le jeudi 3 mai 2018, date à laquelle les choristes de ces deux formations auront le privilège d’apporter leur contribution au concert que donnera le groupe I Muvrini au Zénith de Saint Etienne.

Nul doute, qu’à cette occasion, les deux chœurs sauront donner le meilleur d’eux-mêmes pour offrir au public l’écrin qu’il convient aux chants si prenant de l’Île Beauté interprétés avec le talent et la sensibilité qui sont l’apanage des solistes d’I Muvrini.

Le concert est déjà annoncé sur le site d’I Muvrini

2017_11_05_I_Muvrini_2018_05_03_St_Etienne

Ne manquez pas le très beau clip porteur d’espoir Ma sœur musulmane. Peut-être le chanteront-ils le 3 mai ?

I Muvrini, Chorale de St Just St Rambert, Chorale des Amis Réunis

I Muvrini, stage avec les choristes des Amis Réunis et de Saint Just Saint Rambert
I Muvrini, stage avec les choristes des Amis Réunis et de Saint Just Saint Rambert

Frédéric Grolet, chef de chœur de la chorale des Amis Réunis (Saint Etienne), est à l’origine d’un stage de polyphonie traditionnelle corse animé par deux membres du célèbre groupe I Muvrini, stage auquel ont participé nombre de choristes des deux chorales, celle des Amis Réunis et celle de Saint Just Saint Rambert.

Au dire des participants, tous ont vécu un week-end d’exception au terme duquel chacun avait fait la découverte de nouvelles possibilités, de nouvelles manières de penser le chant, de nouvelles façons d’écouter l’autre.

Merci au groupe I Muvrini d’avoir partagé en toute amitié un peu de leur passion pour le patrimoine vocal de l’Île de Beauté.

Un soir d’été à Poncins …

2015_06_06_Poncins_Les_3_Grolets

Ce fut une soirée estivale très réussie, pleine de charme et d’émotions.

D’abord une histoire de famille puisque Clément Grolet, le chef de chœur de la chorale de Poncins accueillait, en cette très chaude soirée, son père, Jean Pierre Grolet, le chef de chœur de la chorale de Saint Just Saint Rambert et son oncle, Frédéric Grolet, le chef de chœur de la chorale des Amis Réunis, chœur d’hommes basé à Saint Etienne.

Le public, venu nombreux, ayant rempli les bancs de l’église jusqu’au dernier, le concert put commencer sous les meilleurs auspices.

Le privilège de l’incipit revint aux Amis réunis qui interprétèrent avec brio, sous la direction de Frédéric, plusieurs pièces de leur répertoire, puissant et éclectique.

Saint Just Saint Rambert et son chef Jean Pierre prirent le relais pour offrir au public, déjà enthousiasmé par ce qu’il venait d’entendre, une palette d’un répertoire mêlant sacré et profane, allant du recueillement à l’exubérance.

Puis, c’est à ce moment que survint un moment de grâce … le cadeau que firent « Les 3 Grolet » au public et à leurs choristes, le célébrissime Hallelujah de Léonard Cohen, Frédéric au clavier, Jean Pierre à la guitare, Clément au violoncelle, chacun d’entre eux successivement soliste. Il fut impossible que l’assemblée et les choristes ne s’associent pas, par le cœur et par la voix. L’émotion était palpable …

Le couronnement de la soirée revint à la chorale de Poncins et à son chef Clément dont la direction fait venir immédiatement à l’esprit la citation célèbre « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » (Pierre Corneille). Un répertoire varié, une interprétation réussie et empreinte d’émotion, un public conquis.

Et puisqu’il fallait une fin et un bouquet final, les trois groupes (plus de cent vingt choristes) se retrouvèrent dans le chœur de l’église pour chanter un negro spiritual (Lord I want), un chant corse (Corsica) et Armstrong de Claude Nougaro.

La salle municipale faisant face à l’église, il fallut peu de temps pour que tout les participants (acteurs et auditeurs) de cette soirée mémorable se retrouvent autour du buffet délicieusement préparé par la chorale de Poncins et entonnent l’incontournable « Trin trin trin » de la famille Grolet.

Cette soirée fut magique et électrique … Minuit aidant, il fallut rentrer … Le ciel était illuminé des éclairs incessants des orages qui frappaient de toutes parts à l’horizon. La providence sut attendre que la fête fut finie avant de déverser l’eau du ciel sur le village de Poncins …